• Deux entretiens dans lesquels Carmelo Bene expose sa méthode de travail et ses idées sur la télévision et ouvre une réflexion sur les liens entre avant-gardisme artistique et diffusion de masse.

    Au croisement des arts, l'oeuvre de Carmelo Bene - acteur, auteur et metteur en scène, pour le théâtre, le cinéma et la télévision, mais aussi romancier et poète - remet systématiquement en question le langage artistique avec lequel il s'exprime. Ni captations de spectacles théâtraux, ni adaptations cinématographiques, ses réalisations pour le petit écran explorent les possibilités techniques et esthétiques offertes par le médium télévisé.
    Ce volume réunit deux entretiens, respectivement avec les critiques Italo Moscati et Maurizio Grande, publiés au moment de la diffusion du Hamlet télévisé de Carmelo Bene (1978). L'artiste y expose sa méthode de travail et ses idées sur la télévision, ce « médium innocent aux possibilités puissantes, inexplorées ». Relues à l'ère d'Internet, ses réflexions invitent à penser les liens entre spectacle vivant et petit(s) écran(s), mais aussi entre nouveautés technologiques et recherche esthétique, entre avant-gardisme artistique et diffusion de masse.

  • Carmelo Bene a bouleversé, pendant quarante-cinq ans d'activité, les domaines dans lesquels il s'est investi en tant que créateur. Connu en France pour son cinéma (Hermitage, Notre-Dame-des-Turcs, Don juan, Capricci, Salomé et Un Hamlet de moins) et en partie pour son théâtre (S.A.D.E., Roméo et Juliette, Macbeth et Macbeth Horror suite), il l'est moins pour son abondante production écrite qui a su élaborer différentes formes - du roman au pamphlet à la poésie - en instaurant à chaque fois, avec « les genres », un rapport violemment critique. C'est l'ensemble de la problématique visant les formes de la « représentation » qui est au coeur de ce débat-combat : narration, théâtre, cinéma, radiophonie, poésie, scénarios, tout est soumis aux ciseaux d'une sensibilité qui a su élaborer non seulement ses propres formes d'interrogation, mais surtout sa mise en démonstration sur scène. L'Autographie et Notre-Dame-des-Turcs sont le dernier et le premier texte écrit par l'auteur et constituent le premier volet d'un triptyque où seront présentés ses différentes élaborations scéniques et polémiques, ainsi que des scénarios qu'il n'a jamais joués...

  • Theatre

    Carmelo Bene

    Propositions pour le théâtre - Arden of Feversham - Le Rose et le Noir - Richard III - Othello - Macbeth Horror Suite - Lorenzaccio - La recherche théâtrale dans la réprésentation d'état - Penthésilée - Hamlet suite.

    Depuis ses débuts en 1958, Carmelo Bene a imposé sa création par un questionnement radical de l'ensemble de la "machine-théâtre", et son travail de réflexion critique a fait appel à une "fureur" qui est passée par une attitude longtemps ressentie comme de la provocation ou de l'hyper-avant-gardisme. Le pivot essentiel de cette réflexion-critique est " l'acteur ", aussi bien dans ses fonctions gestuelles que vocales : en ce sens, son travail s'est développé selon trois axes, apparemment différents. D'une part la corporalité même de l'acteur sur scène, non plus interprète d'un personnage, mais porteur en lui d'une situation plus complexe et multiple et qui trouve son point de vérification dans les nombreuses variantes de la mise en oeuvre de Pinocchio. De là aussi une réinvention du texte théâtral qui explique sa mainmise sur un ensemble précis de textes shakespeariens, dont l'exemple le plus fécond pour sa recherche demeure Hamlet, à travers la cassure des structures de l'oeuvre et l'incarnation de l'acteur comme seul témoin du travail d'élaboration, jusqu'au renversement de Shakespeare en Laforgue. La troisième ligne, celle de la pure phonation poétique, emprunte un parcours qui commence, depuis le début, avec Maïakovski et le conduit jusqu'aux limites des variations vocales possibles, ouvrant ensuite le chemin aux lectures poétiques des grands classiques, surtout italiens, comme Dante, Leopardi, Campana, mais aussi Hölderlin ou Byron ou Schiller. Ce parcours, fait d'intensités, est constellé aussi de l'invention d'une nouvelle conceptualisation technique de l'acteur dont la "phonè" et la "machine actoriale" ne sont que les éléments les plus visibles, mais qui expliquent aussi, au cours des dernières années, le choix de sa solitude sur scène.

    Cette édition contient un CD : Hamlet suite dit par Carmelo Bene

  • Au Hamlet de Shakespeare, Jules Laforgue a notamment emprunté l'arrivée des comédiens et la scène du cimetière. À celui de Laforgue, Carmelo Bene a emprunté l'esprit de la réécriture. Soit deux versions d'un classique pour dire le présent d'Hamlet et portant en elles un projet commun : son élimination.

empty