Fayard

  • Frédéric Lenoir nous offre ici un petit livre qui aide à vivre en temps de crise.
    Il convoque neurosciences, psychologie des profondeurs et philosophes, qui nous disent comment développer la sérénité malgré l'adversité. il nous montre également comment cette crise est une opportunité de changer notre regard sur nous-même et d'être mieux relié aux autres et au monde.
    « Il a suffi d'un virus lointain pour que le cours du monde et de nos vies soit bouleversé. ''Vivre, ce n'est pas attendre que l'orage passe, c'est apprendre à danser sous la pluie'', disaient les Anciens. Je suis convaincu que plus rien ne sera comme avant et qu'il nous faut apprendre à développer nos ressources intérieures pour vivre le mieux possible dans un monde imprévisible. Puisse ce livre écrit dans l'urgence du temps apporter lumière et réconfort à tous ceux qui le liront. ».
    F. L.


    Dans un langage accessible à tous, Frédéric Lenoir nous propose un petit manuel de résilience qui aide à vivre dans des temps difficiles. Il convoque les neurosciences et la psychologie des profondeurs, mais aussi les grands philosophes du passé - du Bouddha à Nietzsche, en passant par Epictète, Montaigne ou Spinoza - qui nous disent comment développer la joie et la sérénité malgré l'adversité. Et si nous pouvions ainsi faire de cette crise une opportunité pour changer notre regard et nos comportements ? Pour devenir davantage nous-mêmes et mieux nous relier aux autres et au monde ?

  • Banni de la communauté juive à 23 ans pour hérésie, Baruch Spinoza décide de consacrer sa vie à la philosophie. Son objectif ? Découvrir un bien véritable qui lui "procurerait pour l'éternité la jouissance d'une joie suprême et incessante". Au cours des vingt années qui lui restent à vivre, Spinoza édifie une oeuvre révolutionnaire. Comment cet homme a-t-il pu, en plein XVIIe siècle, être le précurseur des Lumières et de nos démocraties modernes ? Le pionnier d'une lecture historique et critique de la Bible ? Le fondateur de la psychologie des profondeurs ? L'initiateur de la philologie, de la sociologie, et de l'éthologie ? Et surtout, l'inventeur d'une philosophie fondée sur le désir et la joie, qui bouleverse notre conception de Dieu, de la morale et du bonheur ? A bien des égards, Spinoza est non seulement très en avance sur son temps, mais aussi sur le nôtre.
    C'est ce que j'appelle le "miracle ", Spinoza. F.L.

  • La puissance de la joie

    Frédéric Lenoir

    • Fayard
    • 14 Octobre 2015

    Essai philosophique évoquant trois joies fondamentales : la joie de vivre, celle d'être soi, et la joie d'être relié au monde et aux autres. L'auteur propose des pistes pour favoriser l'apparition de ce sentiment de joie à partir de nombreux cas concrets et de son témoignage personnel.

  • Qu'entendons-nous par « bonheur » ? Dépend-il de nos gènes, de la chance, de notre sensibilité ? Est-ce un état durable ou une suite de plaisirs fugaces ? N'est-il que subjectif ? Faut-il le rechercher ? Peut-on le cultiver ? Souffrance et bonheur peuvent-ils coexister ? Pour tenter de répondre à ces questions, Frédéric Lenoir propose un voyage philosophique, joyeux et plein de saveurs. Une promenade stimulante en compagnie des grands sages d'Orient et d'Occident. Où l'on traversera le jardin des plaisirs avec Epicure. Où l'on entendra raisonner le rire de Montaigne et de Tchouang-tseu. Où l'on croisera le sourire paisible du Bouddha et d'Epictète. Où l'on goûtera à la joie de Spinoza et d'Etty Hillesum. Un cheminement vivant, ponctué d'exemples concrets et des dernières découvertes des neurosciences, pour nous aider à vivre mieux.

  • "Nous assistons probablement, et je le souhaite de tout coeur, au passage à un stade éthique supérieur où la pensée humaniste s'émancipe de son cadre anthropocentrique pour s'étendre à tous les êtres sensibles qui peuplent la Terre. Dès lors, faire preuve d'"humanité" ne signifie plus simplement respecter les autres êtres humains, mais tout être vivant, selon son degré de sensibilité et de conscience.
    La vie s'est exprimée sur Terre à travers une foisonnante diversité. Puisque l'être humain est aujourd'hui l'espèce la plus consciente et la plus puissante, puisse-t-il utiliser ses forces non plus pour exploiter et détruire ces formes de vie, mais pour les protéger et les servir. C'est pour moi notre plus belle vocation : protecteurs et serviteurs du monde", Frédéric Lenoir.

  • Ce début de XXIe siècle est traversé par une telle succession de crises - écologique, économique et politique - qu´il voir refleurir le vieux mythe de la fin des temps. Nous nous trouvons confrontés aujourd´hui à au moins dix bouleversements inédits dans notre histoire. Pour trouver une mutation similaire, il faut remonter non pas à la Renaissance, ni à la fin de l´Empire romain, mais au tournant du néolithique, lorsque, il y a plus de dix mille ans, les groupes humains abandonnèrent le mode de vie nomade pour se sédentariser. On assista alors à un changement radical du rapport de l´homme à lui-même et au monde, dont nous sommes les ultimes héritiers. Aujourd´hui, ce n´est pas la fin du monde que nous connaissons, mais la fin d´un monde, celui fondé sur la prééminence du cerveau rationnel et logique par rapport au cerveau émotionnel et intuitif, sur l´exploitation mercantile de la nature, sur la domination du masculin sur le féminin. Frédéric Lenoir montre ici que la guérison est possible. Illustrant les impasses de la fuite en avant (le progrès à tout-va) comme celles du retour en arrière (démondialisation, écologie radicale, intégrismes religieux), il exprime sa conviction que l´humanité peut dépasser cette crise planétaire par une profonde transformation de nos modes de vie et de pensée : rééquilibrage du masculin et du féminin, passage de la logique du « toujours plus » à celle de la « sobriété heureuse », de l´égoïsme à la communion, de l´état de spectateur passif à celui d´acteur responsable... Au-delà des rafistolages provisoires d´une pensée et d´un système à bout de souffle, une immense révolution est en marche : celle de la conscience humaine.

  • Selon les sources les plus anciennes du christianisme, y compris les Evangiles canoniques, Jésus ne s'est jamais identifié à Dieu. Quelques siècles plus tard, au Concile de Nicée, les théologiens chrétiens définissent le dogme de la Sainte Trinité : un seul Dieu en trois personnes : le Père, le Fils et le Saint-Esprit. Jésus est l'incarnation du Fils : il possède donc une double nature, humaine et divine. Ce dogme de l'Incarnation devient le pilier fondamental de la religion chrétienne, et le reste encore de nos jours, aussi bien chez les catholiques que chez les protestants ou les orthodoxes.

    Le christianisme est ainsi la seule religion encore vivante à affirmer que son fondateur est à la fois homme et Dieu. Comment les évêques et les théologiens ont-ils progressivement été amenés, au cours des premiers siècles de l'ère chrétienne, à affirmer la divinité de Jésus ? Sur quoi repose leur raisonnement ? Quels autres regards ont été rejetés car « hérétiques » lors de ces violentes joutes théologiques ? Dans quel contexte politique se sont déroulés ces débats intellectuels qui suscitèrent tant de passions que certains y laissèrent leur vie et d'autres durent prendre le chemin de l'exil ?

  • « Dès les premiers instants de son élection, j'ai été touché par le ''parfum d'Evangile'' qui émane de François. Ce pape parle au coeur et touche de nombreuses personnes - croyantes ou incroyantes - car il vit ce qu'il dit et témoigne des valeurs essentielles du message de Jésus : l'amour, la simplicité, l'humilité, le détachement, la joie. Il entend avant tout promouvoir un nouvel état d'esprit afin que l'Eglise retrouve sa première raison d'être : témoigner, à la suite du Christ, que Dieu n'est pas un juge, mais un libérateur, que l'amour qui redresse est plus important que la loi qui condamne, que l'Evangile est un message de vie qui humanise. C'est aussi la raison pour laquelle il se préoccupe du bien commun de l'humanité et apporte une parole forte et éclairante sur les grands enjeux planétaires : la financiarisation de l'économie, les injustices sociales, la crise environnementale. »

  • D'alexandre le grand à marco polo, de schopenhauer à nietzsche, de cari gustav jung à allen ginsberg, d'helena blavatsky à alexandra david-neel, des transcendantalistes aux stars hollywoodiennes, de nombreux voyageurs, penseurs et artistes occidentaux se sont passionnés pour la sagesse du bouddha. pour la première fois, ce livre relate les grandes étapes de la rencontre du bouddhisme et de l'occident et montre combien le bouddhisme fut, et reste, profondément réinterprété à partir de prismes culturels déformants. la mise au jour de ces imaginaires, notamment celui, très ancien, concernant le mythe du "tibet magique", éclaire en profondeur le succès actuel du bouddhisme en europe et aux etats-unis.
    Cet ouvrage permet également de comprendre pourquoi, après l'échec des grandes idéologies religieuses, scientistes et politiques, le bouddhisme connaît une audience croissante en occident. beaucoup voient en effet dans la pensée bouddhique une spiritualité laïque, une philosophie humaniste et une éthique de la responsabilité particulièrement pertinentes pour répondre aux besoins spirituels des individus et aux grands défis planétaires du siècle à venir. privilégiant l'action sur soi à l'action sur le monde et apportant un juste équilibre entre raison et intuition, le bouddhisme n'est-il pas appelé à corriger les excès d'une civilisation occidentale trop exclusivement préoccupée de maîtrise technique au détriment du sens et de l'intériorité ?



    Informatif et distancié, cet ouvrage permet à chacun de se faire une opinion sur cette rencontre du bouddhisme et de l'occident, dont l'historien des civilisations arnold toynbee n'hésitait pas à affirmer qu'elle constituait " l'évènement le plus significatif du xxe siècle".



    Frédéric lenoir, 37 ans, est docteur en sociologie et chercheur associé au centre d'études interdisciplinaire du fait religieux (eness). il a co-dirigé l'encyclopédie des religions (bayard, 1997) et collabore à l'express.

  • L'homme est aujourd'hui confronté à des situations inédites dans son histoire: la possibilité de s'auto-anéantir en quelques minutes par la bombe atomique ou de rendre la Terre inhabitable par toutes sortes de pollutions, l'explosion démographique, les progrès fabuleux de la biologie et de la génétique, l'avènement du village planétaire et d'une ère nouvelle d'individualisme.

    Ces bouleversements, issus de la science et de ses applications technologiques, appellent " une révolution globale de la conscience humaine ", selon l'expression de Vaclav Havel. Il s'agit de penser autrement. De penser aux conséquences de nos actions présentes pour les générations futures. Car à des maîtrises nouvelles correspondent de nouvelles responsabilités.

    De nombreuses personnalités _ principalement des acteurs de la vie sociale _ rappellent ici l'urgence d'une véritable réflexion éthique dans des domaines aussi divers que l'environnement, les sciences de la vie, les échanges économiques, l'entreprise, les médias, le politique. Elles s'interrogent également sur les questions, très controversées, du fondement de l'éthique et de la façon de gérer démocratiquement l'entreprise de justification dernière de l'éthique dans une société pluraliste.

    Ce livre constitue la première enquête synthétique et approfondie menée sur cette résurgence des préoccupations éthiques que l'on observe depuis quelques années. Il permet à un large public de comprendre les enjeux d'un débat parmi les plus essentiels de notre temps. L'éthique, en effet, n'est pas l'affaire de quelques spécialistes, mais concerne chacun d'entre nous.

    Frédéric Lenoir, vingt-huit ans, philosophe de formation, directeur de collection, mène également une activité journalistique.

  • La crise que nous vivons n'est pas simplement économiqueet financière, mais aussi philosophique et spirituelle. elle renvoie à des interrogations universelles : qu'est ce qui rend l'être humain heureux ? qu'est-ce qui peut être considéré comme un progrès véritable ? quelles sont les conditions d'une vie sociale harmonieuse ?
    Contre une vision purement matérialiste de l'homme et du monde, socrate, jésus et bouddha sont trois maîtres de vie. une vie qu'ils n'enferment jamais dans une conception close et dogmatique. leur parole a traversé les siècles sans prendre une ride, et par-delà leurs divergences, ils s'accordent sur l'essentiel : l'existence humaine est précieuse et chacun, d'où qu'il vienne, est appelé à chercher la vérité, à se connaître dans sa profondeur, à devenir libre, à vivre en paix avec lui-même et avec les autres. un message humaniste et spirituel, qui répond sans détour à la question essentielle : pourquoi je vis ?

    Philosophe et directeur du monde des religions, frédéric lenoir est aussi romancier et dramaturge. il est notamment l'auteur ou le co-auteur de la promesse de l'ange, de code da vinci, l'enquête, de l'oracle della luna et de la pièce de théâtre bonté divine ! ses ouvrages sont traduits dans une vingtaine de langues.

  • Le bouddhisme en france

    Frédéric Lenoir

    • Fayard
    • 10 Novembre 1999

    La France est le pays occidental où le bouddhisme connaît le développement le plus spectaculaire depuis une trentaine d'années. Cette enquête menée auprès d'un millier de Français touchés par ce phénomène - la première d'une telle envergure en Occident - permet de répondre aux nombreuses questions posées par l'étonnante diffusion du bouddhisme au pays Clovis et de Voltaire. Combien de Français sont-ils véritablement concernés par cette vague et selon quelle intensité ? Pourquoi le sourire du Bouddha séduit-il de plus en plus nos concitoyens ? Cet engouement est-il une mode passagère ou un phénomène plus durable ? Assistons-nous à l'émergence d'un bouddhisme français ? Qui sont les adeptes les plus engagés dans la pratique de la méditation ? Quel est leur profil sociologique ? Quels bénéfices retirent-ils de la pratique du bouddhisme ? Le bouddhisme est-il pour eux davantage une philosophie, une voie spirituelle, une religion, un art de vivre ?

    Cette enquête aborde en profondeur la question des rapports du bouddhisme à la modernité occidentale et au christianisme, révélant en creux ce que beaucoup perçoivent comme les insuffisances d'une société purement mercantile et technologique, et celles d'une religion chrétienne essoufflée après deux mille ans d'histoire.



    Frédéric Lenoir, 37 ans, est docteur en sociologie et chercheur associé au Centre d'études interdisciplinaire du Fait religieux (ENESS). Il a co-dirigé l'Encyclopédie des religions (Bayard, 1997) et collabore à L'Express.

  • Dans un monde traversé de violence et de changements de toutes natures liés entre autres à notre vision à court terme du progrès, comment lancer une insurrection des consciences, quel sens donner à nos vies et comment agir ? Nicolas Hulot et Frédéric Lenoir, forts de leurs expériences riches et singulières, apportent ici un éclairage nouveau, pratique et spirituel sur les enjeux majeurs du XXIe siècle qui nous concernent tous.
    « Nous ne traversons pas un moment de crise anodin, nous vivons un moment décisif pour l'avenir de l'humanité. Comment s'extraire d'un système devenu fou et des logiques mortifères qui nous mènent à la catastrophe ? Nous avons chacun éprouvé combien les résistances au changement - en nous, comme dans le monde politique et économique - sont grandes. Nous avons vu la beauté de notre planète, la richesse de l'humanité, et nous avons souffert de les voir saccagées.
    Pourtant, comme tant d'autres, nous refusons de nous résigner.
    Un autre monde est à notre portée. Un monde fondé sur l'humilité, la sobriété et le partage. Un monde où les joies profondes seraient plus désirées que les plaisirs éphémères. Un monde plus équitable, plus fraternel, davantage relié à la Terre. Ce monde n'est pas une utopie. Nous pouvons tous contribuer à le faire advenir.
    Mais cela ne sera possible que par une révolution des consciences.
    C'est à cette conversion de notre esprit et de nos modes de vie qu'aimerait contribuer modestement ce livre, fruit du partage de nos réflexions et de nos expériences. ».

    Nicolas Hulot et Frédéric Lenoir

empty