Puf

  • Il nous reste dix années pour enfin affronter le monde tel qu'il est, et surtout tel qu'il est en train de devenir, à savoir de moins en moins favorable à nos existences et à celles de l'ensemble des êtres vivants. Dix ans pour nous débarrasser de nos lubies productivistes et consuméristes. Dix ans pour bâtir une société qui sache régénérer une nature en voie de destruction accélérée. Dix ans pour resserrer nos inégalités, tout en redonnant sens à nos existences.
    Instauration de quotas de consommations, nationalisation des banques, empaysannement de l'agriculture, instauration d'une chambre dédiée aux enjeux de long terme et d'un sénat transformé en chambre des biorégions, réforme du statut des élus et des fonctionnaires : cet ouvrage collectif propose des mesures économiques, institutionnelles et internationales pour réussir à bâtir une civilisation nouvelle.

  • L'univers existe-t-il ?

    Thomas Lepeltier

    • Puf
    • 13 Janvier 2021

    L'univers peut-il être un objet scientifique ? La question s'est souvent posée. Ne représente-t-il pas un objet singulier parmi tous ceux que les scientifiques étudient ? Il est unique, inobservable dans sa totalité et constitue le cadre au sein duquel se situent tous les autres objets. A la suite de la consécration du modèle du big bang, au milieu des années 1960, la cosmologie a quand même fini par être considérée, par la plupart des chercheurs, comme une discipline scientifique à part entière.
    Mais cette reconnaissance n'a pas éliminé toutes les interrogations à son sujet. En outre, dès le début des années 1980, le concept d'univers a reperdu un peu de sa clarté avec l'introduction du celui de multivers qui est, quant à lui, resté relativement obscur. Aussi est-on en droit de s'interroger sur le statut de ces deux concepts d'univers et de multivers. Représentent-ils des objets qui existent ? Ou sont-ils uniquement des fictions heuristiques qui nous permettent de donner du sens à nos observations du ciel ?

  • Cet ouvrage est le premier à proposer, en français, un panorama des études animales. Ce champ de recherche pluridisciplinaire ancré dans les sciences humaines et sociales étudie les représentations des animaux autres qu'humains et les relations entretenues avec eux par les êtres humains (autrement dit, les relations « anthropozoologiques »). Ce champ met également en perspective les opinions, les croyances, les attitudes qui fondent ces représentations, et les tropismes qui oeuvrent au coeur de ces relations ; l'anthropocentrisme en est un exemple saillant.

    L'exploration anthropozoologique proposée aborde la domestication et l'élevage, les utilisations et les catégorisations des autres animaux, ainsi que l'éthique animale, le droit animalier, les mouvements animalistes et la représentation culturelle des non-humains. Et l'on découvre notamment que l'identité, l'histoire des autres animaux, les rôles qu'on leur attribue, les représentations dont ils font l'objet sont le fruit de constructions sociales, philosophiques, culturelles et linguistiques.

  • Cet ouvrage explore la complexité et la richesse de l'événement de la naissance, la diversité des approches sociales et culturelles, la force des enjeux qui en découlent, qu'ils soient psychiques ou politiques. Comment se déroule une naissance, quels soins l'entourent, la précèdent, la prolongent, l'accompagnent ? Quels sont ceux et celles, parents, soignants, figures médicales ou symboliques, mythologiques ou magiques, qui participent à la naissance ou à la renaissance d'un individu ?
    Autour du paradigme de la naissance, se croisent d'anciennes questions et de véritables défis contemporains autour de la conception et de la fabrication des enfants. Que nous apprennent ceux qui accueillent les nouveau-nés et secondent leurs parents, mais aussi ceux qui entendent dans la souffrance d'un adolescent ou d'un adulte la douleur d'une impossible naissance à soi ?

  • « La mathématique classique grecque est unanimement considérée comme extraordinaire. Mais par la suite, les progrès furent sans cesse poursuivis par des mathématiciens arabes, européens, puis de tous les continents. Chaque époque, à sa façon, a marqué un tournant et posé dans l'édifice une pierre tout à f ait remarquable.
    Aucune n'aurait pu se voir mise à l'écart d'un tel dictionnaire, à commencer par la mathématique classique grecque elle-même, malgré son âge respectable. » Ce dictionnaire est à la fois un dictionnaire scientifique répertoriant symboles et formules dans divers niveaux d'articles, mais aussi un dictionnaire culturel replaçant la science mathématique dans un contexte historique, social, artistique et philosophique.

  • Quelles sont les racines historiques du cataclysme écologique qui se prépare ? Lynn White est allé les trouver dans le puits culturel de l'Occident : le christianisme anthropocentré porte les gènes de l'accaparement et de la destruction de la planète. Sa conférence à l'origine de ce texte a été prononcée le 26 décembre 1966 à Washington, d evant l'assemblée annuelle de l'American Association for the Advancement of Science.
    L'ouvrage s'ouvre sur une introduction de Dominique Bourg à l'article célèbre de Lynn White, repris par la prestigieuse revue Science en mars 1967. Il s'agit de faire comprendre aux lecteurs l'importance de cet article, qui fonde et inaugure la mise en relation de la religion et de l'économie, relation qui inspirera nombre de penseurs contemporains de l'écologie. La deuxième partie n'est autre qu'une traduction du texte par Jacques Grinevald. La troisième partie, par Dominique Bourg, retrace l'histoire des débats critiques auxquels cet article a donné lieu depuis cinquante ans. L'apport de Lynn White est ainsi circonscrit et discuté, et en un sens prolongé.

  • Dans quelle mesure la psychiatrie est-elle au carrefour du biologique, du psychique et du social ?
    En quoi les neurosciences, la psychanalyse mais aussi la phénoménologie, la psychiatrie communautaire et la législation ont-elles influencé la psychiatrie clinique d'aujourd'hui ?
    Comment combiner traitements biologiques, psychologiques, institutionnels et mes ures de réhabilitation et d'assistance psychosociale ?
    Pensé et rédigé à partir de la pratique clinique des professionnels de terrain - psychiatres, psychologues, psychothérapeutes -, ce manuel associe une approche clinique et empirique issue d'une tradition très riche, notamment en France, et une approche plus mondialisée et standardisée issue des grandes classifications internationales (DSM, CIM) et de s connaissances en recherche biomédicale.
    Il présente de très nombreuses illustrations cliniques, propose des descriptions sémiologiques qui approfondissent les observations de l'exercice quotidien des professionnels et fournit les éléments nécessaires pour faire le lien entre cette pratique clinique et les théories psychopathologiques, psychanalytiques ou cognitives. Issu de la tradition psychiatrique française, il montre l'évolution historique des notions utilisées et rend compte de toutes les influences que doit intégrer une psychiatrie « centrée sur la personne », des neurosciences aux sciences humaines.

  • La tragédie des communs

    Garrett Hardin

    • Puf
    • 25 Avril 2018

    Paru en 1968, Tragedy of the commons est ici pour la première fois traduit dans son intégralité. Garrett Hardin y montre comment une situation de libre accès à une ressource limitée, et pour laquelle la demande est forte, mène inévitablement à sa surexploitation et à sa disparition. Dans une telle situation, le progrès technique devient alors un accélérateur d'épuisement irréversible, et non plus une réponse à un problème. Il apparaît alors - et c'est pour ainsi dire pour la première fois - que certains problèmes ne disposent d'aucune solution technologique, et que les biens communs demandent une gestion et une législation particulières devenues urgentes.

  • Un vent de catastrophisme souffle aujourd'hui sur les mobilisations écologistes, et notamment sur sa jeunesse. Parce que nous n'avons pas su nous adapter, l'effondrement à moyen terme de nos sociétés s'est transformé en quasi-certitude.
    La perspective catastrophiste est loin d'être anodine. Elle fait partie intégrante des théories et des mobilisations écol ogistes depuis un demi-siècle. Et loin de déboucher nécessairement sur une rhétorique sacrificielle, elle peut constituer un aiguillon démocratique pour aider un collectif à réagencer ses théories, ses pratiques et ses projets politiques dans un sens plus compatible avec la réalité du contexte écologique et matériel qui s'annonce. Elle pourrait enfin permettre aux démocraties modernes de se réinventer pa r la formulation d'un projet qui, sans renoncer aux idéaux de liberté et d'égalité, prendrait en revanche ses distances avec son imaginaire trop continuiste, dans une forme - à ce jour inexistante - de démocratie post-pétrole et post-croissance.

  • Etude sur les effets psychologiques et moraux de la maladie.

  • La transition numérique mondiale s'accélère tandis que la transition écologique, au mieux, marque le pas. Cette situation ne sera pas longtemps soutenable. Il importe de se donner le plus rapidement possible un objectif collectif qui corresponde enfin à ce qu'exige l'état de dégradation du système-Terre. Comment concilier une empreinte écologique radicalement réduite avec la pluralité actuelle de nos sociétés et de leur tissu économique ?
    La réponse se trouve du côté d'une économie permacirculaire : le respect strict des limites planétaires exige, pour les pays riches, des métabolismes circulaires, mais aussi une réduction nette du substrat matériel de leurs activités - donc une décroissance - et une ouverture à l'expérimentation technologique et sociale la plus large possible. Cet ouvrage propose un cadre politique et éthique détaillé visant à bâtir progressivement, dans le respect du pluralisme moderne, une économie authentiquement durable.

  • Les possibilités en matière de prédiction génétique, ouvertes par les technologies biomédicales, suscitent à la fois espoir et inquiétude. Elles soulèvent également d'importants enjeux subjectifs car elles interrogent profondément notre rapport à l'origine et notre conception du possible. François Ansermet s'appuie à la fois sur les questions cliniques sus citées par l'usage de la prédiction génétique et sur des références littéraires et mythologiques pour interroger les bouleversements produits et ouvrir une réflexion sur l'impact de ces avancées biotechnologiques.
    Ce que révèle la clinique, c'est que l'origine peut sans cesse être rejouée dans les tourbillons du devenir. L'enfant ne cesse de s'inventer à travers ses propres réponses, singulières et ina ttendues. Entre le passé et le futur, la béance du présent offre à chaque sujet la possibilité d'un acte qui l'amène au-delà de ce qui avait été prédit.
    L'enfant, par ses choix, résiste à ce qui le détermine : son devenir reste imprévisible.
    Mais du mythe de l'oracle aux cas les plus contemporains de prédiction génétique, l'enfant à naître, dès lors qu'une société prétend le « prédire », nous oblige à une vigilance critique sur le statut des possibles aujourd'hui.

  • Ce livre vise à faire connaître la richesse et l'évolution de la pensée écologique, à savoir de ce courant de pensée qui, en s'appuyant sur un constat scientifiquement étayé des limites de la planète, adresse des propositions de réorganisations de la société, de la pensée et de l'éthique. L'ouvrage comporte deux parties : la première, historique, retrace l'avènement et l'évolution de la conscience et connaissance des problèmes environnementaux ; la seconde, thématique, explore une douzaine de thèmes comme "croissance/décroissance", "droits de la nature/devoirs de l'homme", "christianisme et écologie", "justice climatique", "conservationnisme/préservationnisme", etc.
    Ce livre comporte une centaine d'extraits choisis de textes fondateurs, aussi bien de la prise de conscience des problèmes environnementaux que de la structuration de ce champ de pensée. Il comporte également des introductions historiques puis thématiques aux différentes sections riches en informations, constituant une cartographie de chaque grand thème abordé. Chaque texte est en outre précédé d'une notice biographique contenant des informations parfois peu connues ou inaccessibles.

  • La question de la sexualité féminine appelle un retour aux sources : d'abord celles de la féminité. Comment concevoir la psychogenèse de la féminité de l'enfant en général ? De quelles représentations est constitué le fantasme féminin ? De quels lieux vient l'excitation ? Les réponses apportées par l'auteur conduisent vers une théorie de la féminité en contradiction avec la thèse phallocentrée de Freud : des origines de la sexualité féminine vers la féminité des origines de la sexualité.
    Le refus de la féminité peut ainsi s'entendre comme le refus de l'ouverture sur le dedans, sur l'inconscient, bref comme le refus de l'analyse.

  • Si les problèmes environnementaux sont devenus globaux, ils menacent les humains de manière inégale. Les différentes populations sont inégalement frappées par les pollutions et différemment exposées aux risques environnementaux.
    Ces inégalités environnementales, qui recoupent très largement les inégalités sociales, sont assez peu étudiées :
    Il suffit de consulter les différents atlas des inégalités socio-économiques pour constater qu'elles n'y figurent pas. L'inégale exposition aux risques environnementaux pose pourtant d'autant plus de problèmes de justice que ceux qui y sont le plus exposés sont souvent ceux qui y ont le moins contribué. La question est donc celle d'une articulation à construire entre l'environnemental et le social.

  • L'anthropocène rend la Cité des hommes vulnérable, avec un dérèglement climatique qui globalise les risques de guerres civiles et de catastrophes environnementales.
    En à peine quelques siècles, la Modernité, qui a fait de l'accumulation sans fin de l'excédent d'énergie la solution pour durer dans la paix, a trahi sa promesse, et éviter l'effondrement de notre civilisation est à présent une urgence collective. Or, la Modernité était déjà une réponse face à un risque antérieur d'effondrement, produit par le gouvernement classique de l'excédent, fondé sur la consumation du trop-plein et incapable de contenir les guerres civiles des XVIe-XVIIIe siècles. Survivre à l'anthropocène revient donc à bâtir un gouvernement enfin durable de l'excédent, c'est à dire une théorie de l'écologie politique qui permette à la fois de réduire le risque d'effondrement hérité de l'ère moderne sans pour autant réactiver la menace de guerre civile issue de l'ère classique.

  • Sommaire Introduction Chapitre I - Tensions et violence de l'annonce de maladie 1 - La violence de l'annonce Une vie disloquée L'annonce à faire par le patient Parole et action Le silence de la douleur 2 - Une parole difficile L'angoisse d'avoir à dire Pauvreté du langage 3 - Un noeud de la relation médicale Chapitre II - Les écueils de l'annonce de la maladie 1 - L'annonce brutale 2 - L'annonce escamotée 3 - L'annonce ratée Chapitre III - Comment porter les difficultés de l'annonce ?
    1 - L'origine éthique du langage 2 - Les conditions d'une parole juste Engagement Risque Courage Que dire ?
    Peut-on mentir ?
    3 - L'annonce comme engagement dans le temps de la relation 4 - Après l'annonce

  • Ces quatre volumes regroupent les contributions des plus grands spécialistes travaillant sur les troubles de la vie affective et du comportement des jeunes enfants et adolescents. Il a été profondément remanié et augmenté lors de sa première édition en poche, pour tenir compte des travaux spectaculaires inspirés par la neurobiologie et la neuropsychologie. Mais la compréhension de la vie mentale ne se réduit pas à l'étude du fonctionnement du cerveau, aussi l'apport de la psychopathologie psychanalytique, de l'épidémiologie, de la pratique de l'évaluation et des préoccupations éthiques, disciplines enrichies d'expériences cliniques diverses, contribue à une meilleure appréhension des troubles comportementaux infantiles.

  • Ce livre tente de faire sortir la question de l'autonomie du patient des contradictions stériles au sein desquelles elle se débat (doit-il être totalement libre de ses choix ou sous tutelle ?). Le vrai problème, comme sa solution, résident peut-être dans la conception de la norme. L'auteur propose l'hypothèse d'une potentialité "auto-normative" chez le patient, qui le rendrait susceptible de penser par lui-même sa norme de santé, en étroite collaboration avec le médecin.
    Celle-ci implique une relation à la fois éthique et pédagogique avec le patient ; elle favorise un indéniable enrichissement mutuel. Par une succession de prises de conscience normatives, le patient peut parvenir à une revalorisation de sa vie avec la maladie, qui lui permettra éventuellement de découvrir une dimension éthique à son "épreuve de la maladie".

  • Comment décrire les relations entre la production des biens et les divers éléments qui la composent ? Comment affecter au mieux les ressources dont dispose une entreprise ou l'économie dans son ensemble ?
    Comment estimer les relations causales pouvant exister entre plusieurs variables, à partir des observations dont on dispose ?
    Comment déterminer les principaux facteurs qui caractérisent une population décrite par de nombreuses données, quantitatives ou qualitatives ?
    Ce manuel présente, de façon à la fois rigoureuse et accessible, les bases de l'algèbre linéaire utilisées dans tous les domaines de l'économie (microéconomie, macroéconomie, statistiques appliquées à l'économie, économétrie...). À partir de la présentation d'un problème « concret » - la résolution de systèmes d'équations linéaires -, il introduit progressivement les principaux concepts de l'algèbre linéaire (matrices, rang, espaces vectoriels, applications linéaires, déterminant, diagonalisation de matrices carrées) et donne un aperçu de leurs principales applications économiques (modèles input-output et IS-LM, programmation linéaire, analyse factorielle, matrice des variances-covariances, moindres carrés, analyse des systèmes dynamiques linéaires, optimisation...).

  • Il est entendu que nous mangeons mal. Trop gras, trop sucré, trop carné, trop lacté, trop debout, trop seul, trop vite, trop souvent, trop tard dans la nuit, sans mâcher, sans savourer, sans besoin, sans envie. La liste s'allonge de jour en jour de ces péchés supposés de savoir-vivre et d'irresponsabilité envers notre corps, l'environnement, la société. Car nos fringales coûtent cher. Il faudrait donc, nous disons-nous souvent, manger autrement. À y regarder de plus près, le problème est ancien, tout comme l'est l'exhortation à manger mieux.
    « Manger autrement » propose de revenir sur ce vieux problème en proposant des regards divers et convergents : ceux d'un économiste, d'une philosophe, d'une géographe, d'un agronome, d'un spécialiste du paysage, de deux historiens et d'une anthropologue. À l'arrivée, un constat : manger autrement, c'est faire de la politique... autrement mais peut-être aussi, las, à l'ancienne !

  • Les évolutions contemporaines de la médecine, technologiques ou managériales, numériques ou politiques, sapent les conditions d'une médecine authentiquement clinique : il importe alors d'en dégager les lignes de force qui ont traversé les âges, pour déterminer ce que nous voulons vraiment pour demain. Tel est le but de ce livre, qui repart de l'expérience fondamentale du clinicien : la consultation. De quoi est faite la consultation ? Quelle crise affronte le thérapeute, quelle réalité délimite son champ d'action ? Comment intègre-t-il le principe d'incertitude? Quelle est la tension entre la créativité de l'intelligence pratique et le refuge dans la standardisation ? Refusant la dichotomie stérile entre science et art, l'auteur décrit la clinique comme un ensemble de gestes et de paroles ajustés à une situation singulière, et élabore une conception de l'éthique comme tact. Le traitement du corps est indissociable de l'accueil de la parole, comme sont indissociables l'absence de garantie et la confiance, ainsi que l'autonomie du patient et la liberté du médecin. À Strasbourg, Jean-Christophe Weber dirige un service de médecine interne aux Hôpitaux Universitaires et est professeur à la Faculté de médecine. Il mène des recherches sur la pratique médicale au sein de l'Institut de recherches interdisciplinaires sur les sciences et la technologie (IRIST).

  • Le corps, centre névralgique de notre vitalité, conditionne l'ensemble de notre vécu. De fait, qu'est-ce que la maladie, si ce n'est l'entrave de notre puissance d'agir, une atteinte directe à notre « corporéité » ? En parallèle de l'approche classique sur le traitement médical, l'ouvrage développe une nouvelle théorie, s'appuyant sur de nombreuses recherches scientifiques, autour des bienfaits de l'activité physique adaptée, afin de lutter contre les pathologies et les conséquences du vieillissement. Bien plus qu'une simple méthode pour réparer un « corps machine », l'activité physique adaptée permet de saisir la santé comme l'expérience d'un « corps vivant », à la fois individuelle et singulière. Ainsi par-delà ses vertus thérapeutiques, le programme d'APA offre aux patients la possibilité de retrouver le sentiment d'unité et de complétude, abîmé par la maladie.

  • L'espace de nos actions est décomposable en sous-espaces dans lesquels des conduites humaines de différentes natures se déroulent. Les modes d'interaction de l'individu avec ces différentes régions de définir plusieurs grands systèmes comportementaux : le système « péripersonnel » est impliqué dans l'atteinte et la manipulation des objets ; le système « extrapersonnel focal » est engagé dans la recherche visuelle et la reconnaissance des objets ; enfin, le système « extra-personnel d'action » concerne la navigation spatiale, l'orientation vers des cibles et la mémoire épisodique de l'espace topographique. Or, on assiste depuis quelques années à un renouveau des recherches portant sur le développement typique ou atypique des compétences spatiales qui relèvent du système péripersonnel ou du système extrapersonnel d'action. Les progrès en neurosciences, associés au développement de nouvelles méthodes d'investigation, ont largement contribué à ce regain d'intérêt. Ce numéro thématique propose de faire le point sur le développement des compétences spatiales en présentant les données les plus récentes appuyées par l'éthologie, les neurosciences et la psychologie du développement.

empty