Ysec

  • Avec la capitulation de l´Allemagne, il y a 75 ans, en mai 1945, onze millions de soldats allemands se retrouvent prisonniers. Parmi eux, 700 000 sont internés en France, parfois dans des conditions très difficiles. Ils vont aider à reconstruire la France.C´est le début d´une « autre histoire » qui pose, selon certains historiens,les bases de la construction européenne autour de l´axe franco-allemand.

  • La bataille de Dunkerque de mai-juin 1940, est finalement peu connue : les auteurs, surtout anglo-saxons, s'attachent à l'évacuation qui a permis de sauver la majeure partie du corps expéditionnaire britannique (BEF) et plus de 120 000 soldats français, mais une féroce bataille a également été livrée. Livrée sur mer, évidemment, où les pertes alliées en navires civils et militaires ont été sévères, mais aussi sur terre, où un corps d'armée français, constitué de toutes pièces à la hâte, a été capable de tenir en échec les Allemands pendant plusieurs jours, permettant l'évacuation. Cette histoire, totalement méconnue en France, n'a encore jamais fait l'objet d'un livre.

  • Sujet peu abordé sous cette forme, l´histoire de la Gaule romaine est traitée ici sous la forme événementielle (où sont privilégiés les faits les plus sûrs sur le plan chronologique). Depuis les débuts de la conquête romaine (annexion par les légions du sud-est du pays dès -125) jusqu´à l´instauration finale des grands royaumes barbares (seconde moitié du Ve siècle), en passant par la guerre des Gaules et la ""Paix romaine"", ce sont près de six siècles d´histoire qui sont ici revisités.

  • La plupart des personnages désignés de nos jours comme martyrs chrétiens, en Gaule et dans le reste de l´Empire romain, sont connus grâce à plusieurs lieux de culte de grande renommée depuis le début du Moyen Âge. Leurs souffrances ont été évoquées par des auteurs le plus souvent à la fin de l´Antiquité. Or, les récits ne sont pas un gage d´exactitude historique. Légendaires à défaut d´être de véritables outils d´histoire, ces récits sont quelquefois teintés de merveilleux et d´invraisemblances. Ce livre permet de connaître les véritables personnalités des martyrs chrétiens de la Gaule romaine.

  • La bataille de Verdun débute le 21 février 1916, elle durera 300 jours et 300 nuits. Pas un jour, pas une nuit sans combats ou sans bombardements, chaque journée est un supplice pour les combattants figés sur un front statique.

    Ces combattants, soldats français et allemands, vivent les mêmes privations, les mêmes souffrances, les mêmes horreurs, les mêmes peurs et les mêmes haines.

    Sur la colline sans nom, identifiée par son altitude, la journée du 18 mai 1916 ne compte ni parmi les plus calmes ni parmi les plus agitées. Elle est marquée par des bombardements incessants et des assauts d'infanterie dans le cadre « d'opérations de détail ».

    Par cet écrit, l'auteur souhaite présenter un récit croisé des belligérants qui permet d'appréhender ces supplices communs et l'inanité des combats sur cette cote 304, 24 heures durant. Le sacrifice de ces hommes ne peut rester vain et tous les soldats tués, allemands et français, méritent indistinctement un travail de mémoire.

  • Dès le début de la Première Guerre mondiale, l´armée allemande prend l´ascendant sur les armées alliées grâce à son artillerie de tranchées, à tir courbe, qui peut atteindre les tranchées adverses, alors que les Alliés ne disposent de rien d´équivalent. Cette domination allemande est contrariée au fil des années avec l´apparition du crapouillot (mortier de 56) et du mortier Stokes, mais les Minenwerfer prennent une importance de plus en plus grande jusqu´au retour de la guerre de mouvement, et même après, en raison de l´apparition de nouvelles pièces plus mobiles. Ce livre présente à la fois les différents Minenwerfer, l´organigramme de cette nouvelle arme, ainsi que de très nombreuses photographies rares et même inédites.

  • Ce livre est la traduction du livre intitulé Vaine lutte en avant de Compiègne,Villers-Cotterêts et Reims, paru comme le tome 33 de la collection « Les combats de la guerre mondiale », publiée par les Reichsarchiv. Aucune traductionfrançaise de ce livre n´a jamais été publiée, même s´il avait ététraduit après la guerre par l´armée française. Cette traduction récente a étéréalisée par Luc Dumont, ancien officier.Le récit raconte la période décisive du 31 mai au 13 juin 1918, vue du côté allemand. Après la percée allemande sur le Chemin des Dames, obtenuele 27 mai, l´armée française est bousculée et une brèche s´ouvre dansson front. Les Allemands s´y engouffrent avec leurs 1re et 7e armées et atteignent la Marne en quatre jours à peine. Tout a donc fort bien commencé, mais la machine se grippe et les Français se ressaisissent.

  • Sur le site du centenaire de la Grande Guerre, à la page consacrée à l´imagedes prisonniers en France, l´auteur anonyme a écrit : « Si de très nombreuxromans paraissent très tôt pour évoquer la guerre, à notre connaissance unseul roman décrit la captivité.

  • L'auteur a regroupé des informations exhaustives sur les pays belligérants de 1914?: Allemagne, Autriche-Hongrie, Belgique, France, Grande-Bretagne, Japon, Monténégro, Russie, Serbie, mais aussi sur la chronologie des événements, les plans de guerre, les forces en présence, les effectifs et la composition des armées, leur déploiement en août et septembre ?1914, le matériel utilisé et ses caractéristiques, l'infanterie, l'artillerie, le génie, la cavalerie, la marine, etc.
    Tout amateur de l'histoire de la Grande Guerre se doit de posséder cet ouvrage, qui est une véritable mine d'informations.

  • L'offensive allemande des Ardennes, lancée le 16 décembre 1944, est bien connue, de même que l'héroïque défense de Bastogne encerclée. En revanche, en dehors du dégagement de Bastogne par le 3rd US Army de Patton, les événements qui mènent à la reconquête complète du terrain perdu en décembre 1944 ne sont jamais évoqués par les historiens.
    Ce livre comble cette lacune et décrit avec précision la reconquête des Ardennes grâce aux efforts conjugués des Américains et des Britanniques, soutenus par une forte aviation.

  • Il s'agit de l'histoire de la 3e armée américaine du général Patton, du 1er août 1944 au 7 mai 1945 et de son avance à travers l'Europe occupée par les Allemands : combats de Normandie, poche de Falaise, bataille de Metz, bataille des Ardennes, libération du Luxembourg, franchissement du Rhin et bataille d'Allemagne. La 3rd US Army a fini la guerre en Tchécoslovaquie et en Autriche.
    Elle a perdu 160 000 hommes pendant les opérations en Europe, tuant 144 000 soldats allemands, en blessant le double et faisant plus d'un million de prisonniers. Elle a libéré plus de 12 000 villes et villages.

  • Ce livre présente une collection de dessins top secret d'avions de la Seconde Guerre mondiale, en particulier des « éclatés », ainsi que des manuels d'entraînement et des affiches très colorées.
    Ils ont été réalisés à partir d'avions abattus, ou, le plus souvent, d'après les témoignages des pilotes. La plupart de ces dessins étaient classifiés « top secret » et n'avaient encore jamais été publiés. Les éclatés sont nombreux et permettaient aux pilotes de savoir facilement où se trouvaient les organes vitaux des avions ennemis, tels que moteurs, poste de pilotage, réservoirs d'essence, soute à munitions et à bombes, poste de mitrailleur, etc.
    Les artistes qui ont réalisé ses superbes dessins sont restés anonymes, mais ce livre permet de connaître leur travail remarquable et leur rend hommage.

  • Diên Biên Phu 1954

    ,

    • Ysec
    • 26 Septembre 2019

    La bataille de Diên Biên Phu, qui se livre du 13?mars au 7?mai 1954, est la dernière de la guerre d'Indochine. Elle est aussi la plus longue du conflit et l'une des plus meurtrières. Environ 8?000 soldats vietminh sont tués, ainsi que 2?293 soldats de l'armée française, qui perd aussi 11?721 prisonniers, dont seulement 3?290 reviendront des camps de prisonniers. Le camp retranché de Diên Biên Phu n'a pas pu contenir les assauts de l'armée vietminh du général Giap. Cette défaite sans appel sonne le glas de la présence française en Indochine. En juillet?1954, après les accords de Genève, le Vietnam est partagé en deux et les Français quittent le Tonkin, devenu Nord-Vietnam.

  • Nord 1914 : l'invasion

    Yves Buffetaut

    • Ysec
    • 16 Juin 2020

    Les plans militaires français prévoyaient, avant 1914, une guerre se déroulantessentiellement dans l´est de la France. Le plan Schlieffen, de l´état-majorallemand, jette les armées du Kaiser sur la Belgique, puis elles pénètrentdans le nord, sans s´y arrêter, l´objectif étant de détruire l´armée françaiseentre Paris et les Vosges. Après le coup d´arrêt de la Marne, les deux adversaires essaient de se tourner en passant par l´ouest. Ainsi débute la course à la mer, qui porte la guerre dans la Somme, puis le Pas-de-Calais et leNord, avant de venir mourir en Belgique.Ce livre retrace l´invasion du nord de la France, avec les combats livrésautour d´Arras, de Notre-Dame-de-Lorette, les batailles de Maubeuge etde Lille, ainsi que l´occupation allemande et la terrible vie des populationsciviles sous la domination allemande.

  • Les Grecs en Gaule

    Yves Buffetaut

    • Ysec
    • 30 Janvier 2020

    Ce livret est consacré aux Grecs en Gaule. Il nous emmène sur les pas des Phocéens à Marseille et dans d'autres colonies forteresses : à Olbia la Bienheureuse (Hyères), Antipolis (Antibes), Nikaia (Nice), mais aussi dans le fin fond de la Gaule, à Vix, près de Châtillon-sur-Seine et à Troyes, où ont été découverts parmi les plus beaux vases grecs en bronze connus, sans oublier Agde et son célèbre éphèbe. Ces Grecs en Gaule ont évidemment été en contact avec les Gaulois, puis avec les Romains (Jules César lui-même s'y est confronté lors de la guerre civile).

  • 1870-1945, trois conflits en moins d'un siècle, dont deux guerres mondiales, et une ville gardienne de la France, Verdun. Verdun, érigée en symbole national par la bataille de 1916, est aussi occupée à deux reprises par le Deuxième Reich en 1870-1873, puis par le Troisième Reich en 1940-1944. De son immense citadelle remaniée aux remparts de Vauban et au parc considérable de ses casernes, sans parler de ses deux ceintures de forts, Verdun s'est transformée pour la guerre qui l'a aussi bouleversée et meurtrie. Quels aspects reste-t-il de ces transformations ? Qu'il s'agisse des traits principaux ou de simples détails, ils laissent transparaître les évolutions de la cité militaire lors des grandes ruptures historiques du milieu du xixe siècle jusqu'au milieu du xxe siècle. Comment la physionomie de l'urbanisme verdunois a-elle évolué entre militarisation, ravages, reconstruction, occupation ? Rien de tout cela n'a échappé à la photographie. Des collections de clichés en témoignent. C'est le document photographique qui nous fait saisir toute la portée des transformations de la ville, mais également de ses faubourgs. Faubourg Pavé, Jardin Fontaine, Glorieux, ainsi que les communes de Belleville et Thierville, qui constituent aujourd'hui l'agglomération sont indissociables de Verdun. Les clichés réunis ici ne constituent en aucun cas un recensement exhaustif ni une étude urbanistique, mais plutôt une promenade simplement guidée par la curiosité et la volonté de révéler des aspects oubliés ou des événements passés d'une ville au destin extraordinaire.

  • Déroulant à l'infini des listes de noms gravés dans la pierre, ceux des 1,38 ?million de Français morts ou disparus sur les champs de bataille, dans les airs et en mer, les monuments aux morts sont des éléments incontournables dans notre paysage urbain quotidien et chaque commune, à de rares exceptions près, en possède un. En tout, seulement 1?% des communes n'ont pas de monument aux morts, certaines parce qu'elles n'ont pas perdu un seul homme à la guerre, comme Beuzeville-au-Plain, dans la Manche.
    Ce livre se présente sous la forme d'un abécédaire, illustré de photographies. De nombreux sujets sont traités, dont certains inattendus. En voici quelques-uns?: animaux, chien, pigeon, canon de 75, fusillés pour l'exemple, gueules cassées, héros de l'histoire de France, lanterne des morts, marins et morts en mer, rosalie, soldat inconnu, etc.
    Un ouvrage surprenant et très agréable à lire, ouvrant sur des horizons inattendus.

  • Verdun par l'image

    Yves Buffetaut

    • Ysec
    • 4 Juillet 2019

    - D'impressionnantes photographies d'époque.
    - Un texte détaillé écrit par un spécialiste de la bataille.

    Un livret de 32 pages qui raconte par l'image l'histoire de la bataille de Verdun en 1916. Il s'agit de photographies d'époque légendées de façon très précise et qui permettent de comprendre le déroulé d'une bataille qui a duré 300 jours et 300 nuits.

  • Ce livre présente 180 profils de chars, de blindés et de cernions de la bataille de Normandie, avec des notices historiques et techniques, ainsi que des résumés sur l'organisation des différentes unités et leur emploi au combat. On y retrouve des profils en couleur des chars et véhicules des armées britannique, française, américaine et allemande.

  • La thématique de l´écriture, rarement présentée au grand public jusqu´à aujourd´hui, permet d´aborder de larges pans de la civilisation gallo-romaine etde découvrir certains aspects de la romanisation. En effet, la généralisationde l´usage de l´écriture représente l´un des principaux apports de l´époqueromaine en Gaule.Peu connue, elle trouve pourtant des échos dans de nombreux musées archéologiques, par exemple à travers l´exposition des inscriptions sur pierreou sur métal, des timbres et graffitis sur céramique, des reliefs funéraires(marchands, élèves et enseignants) et des instruments de l´écriture (stylets,calames, boîtes à seau, encriers).

  • La Première Guerre mondiale est le premier conflit durant lequel l'aviation joue un rôle prépondérant. Les progrès techniques et tactiques de l'aviation transforment radicalement la guerre : déjà efficace en 1914 pour la reconnaissance aérienne, par exemple pendant la bataille de la Marne, l'aviation prend peu à peu de l'ampleur, d'abord dans la chasse, puis dans le bombardement et l'attaque au sol. La maîtrise de l'air des Alliés en 1918 explique en partie la victoire finale.

empty